Publié dans Vis ma vie !

Petites histoires d’Halloween

Bonsoir bonsoir ! Aujourd’hui c’est Halloween, et pour l’occasion, j’ai eu envie de vous raconter des histoires… Mais pas n’importe quelles histoires : des histoires d’horreur que l’on raconte en pleine nuit dans le noir avec une toute petite lumière, des histoires qui font peur à raconter le soir de la fête des morts. Les histoires qui vont suivre sont des histoires que l’on m’a raconté et que j’ai moi-même raconté plusieurs fois ensuite. Je vous invite donc à raconter celles qui vous plaisent ce soir à vos amis ! Vous êtes prêts ? Éteignez les lumières, c’est parti !

killer-820017_1920

1 Histoire.png

Un soir de nuit noire, un couple en voiture rentre d’une soirée entre amis. Sur une route de campagne, ils entendent à la radio qu’un fou très dangereux s’est échappé d’un asile de la région et qu’il est activement recherché par la police. Quelques minutes après l’annonce, la voiture du couple tombe en panne. N’ayant pas de réseau, l’homme décide d’aller chercher de l’aide à la ville la plus proche et dit à sa femme de s’enfermer dans la voiture le temps qu’il revienne.

La jeune femme s’enferme donc dans la voiture après le départ de son mari, et attend patiemment son retour. Plusieurs minutes s’écoulent, et elle s’inquiète de ne pas le voir revenir. Puis au bout d’un moment, elle entend un bruit sur le toit de la voiture. PLOC… PLOC… PLOC… Comme si des gouttes tombaient sur le toit. La voiture étant garée sous les arbres, elle pense alors que c’est l’eau qui tombe des feuilles qui produit ce bruit. Les minutes passent, le bruit continue et l’inquiétude de la jeune femme ne cesse de s’intensifier. PLOC… PLOC… PLOC… Il fait de plus en plus noir, et toujours aucune nouvelle de son mari.

Soudain, elle voit les feux d’une voiture qui se dirige dans sa direction. Un peu rassurée, elle se dit qu’il s’agit sûrement de son mari qui revient avec de l’aide. Elle s’aperçoit qu’il s’agit d’une voiture de police. Le véhicule se gare à proximité, et les policiers sortent de la voiture. Mais les agents de police restent à quelques mètres de la jeune femme, avec une expression inquiète sur le visage. Doucement, l’un des deux hommes attrape son arme, tandis que l’autre crie à la jeune femme de sortir de la voiture et de s’avancer vers eux, sans faire de gestes brusques et surtout sans se retourner.

La jeune femme, bien qu’effrayée et confuse, exécute la demande des policiers. Elle sort doucement de la voiture, et avance vers les hommes. Un pas… Deux pas… Le policier continua de lui dire d’avancer sans se retourner. Trois pas… Mais par curiosité, elle désobéit au policier et se retourne vers la voiture. C’est alors qu’elle s’aperçoit de ce qui épouvante les deux policiers. Le fou dont parlait l’annonce radio se tient debout sur le toit de la voiture avec une expression de dément sur le visage, un couteau ensanglanté dans la main droite. La jeune femme constate alors que le bruit qu’elle entendait sur le toit n’est autre que les gouttes de sang qui coulent de la tête tranchée de son mari que le psychopathe tient par les cheveux dans son autre main… PLOC… PLOC… PLOC…

2-histoire

C’est l’histoire d’une petite fille qui vit dans une maison avec ses parents. Un soir, le couple décide de sortir en laissant leur fille à la maison. Alors, ils lui disent : « Tu restes ici, tu te brosses les dents et tu vas au lit ». La petite, effrayée de rester toute seule, déclare à ses parents : « Mais j’ai peur de l’épouvantail au couteau ! ». La mère, pour la rassurer, lui dit : « Ne t’inquiète pas, tu n’auras qu’à prévenir la voisine si tu as peur. D’accord ? ». Et les parent partirent pour leur soirée. La petite fille se brosse les dents, comme lui ont dit ses parents, et part se coucher. Mais plus tard, allongée dans son lit, elle entend un bruit… TOC TOC TOC.

Elle sort de son lit et regarde alors par la fenêtre. Elle aperçoit un épouvantail au regard sombre et lugubre. La petite, ne sachant quoi faire, appelle sa voisine et lui explique ce qu’elle a vu. Ne croyant pas un mot de cela, cette dernière lui conseille d’aller se recoucher. Mais en allant se recoucher, la petite fille réentend ce bruit… TOC TOC TOC. Apeurée, elle regarde à nouveau par la fenêtre. L’épouvantail semble se rapprocher. Elle appelle à nouveau la voisine en criant : « Au secours, j’ai peur ! ». La voisine lui répond d’appeler ses parents, ce que fait la petite.

« Papa, j’ai peur ! J’ai regardé par la fenêtre de ma chambre et je l’ai vu ! L’épouvantail au couteau ! ». Mais le père lui répond : « Mais il n’y a pas de fenêtre dans ta chambre ma chérie, seulement un miroir à rideaux. »

La petite a à peine le temps de se retourner pour regarder derrière elle qu’elle se fait trancher la gorge avant d’avoir eu le temps de hurler.

weathervane-191076_1920

3-histoire

Un soir, deux parents vont coucher leurs petites filles, dans leur chambre. Dormant dans des lits superposés, Sarah, la plus grande, s’installe dans le lit du dessus tandis que la plus jeune, Lola, va se coucher dans le lit du bas. Une fois les petites endormies, les parents s’installent dans le canapé devant la télévision. C’est alors qu’un flash d’information s’affiche à l’écran : « Un patient s’est échappé de l’hôpital psychiatrique de la ville. Très dangereux, il est actuellement recherché par l’ensemble des forces de police. Nous vous conseillons de verrouiller vos fenêtres et vos portes afin de vous protéger. ».  Les parents vérifient donc que l’ensemble des ouvertures de la maison sont bien fermées à clef avant d’aller eux-mêmes se coucher.

Mais en plein milieu de la nuit, Sarah, inquiète, essaye de réveiller sa sœur en dessous d’elle : « Lola… Lola ! ». La cadette, encore à moitié endormie, lui demande ce qu’il se passe. « Je t’entends un bruit… Qu’est ce que sait ? ». POUM POUM TCHI… POUM POUM TCHI… POUM POUM TCHI…Après avoir écouté, Lola répond à sœur : « Je n’en sais rien… Sûrement un bruit que vient de dehors. Rendors-toi. », et sur ces mots, la jeune replongea dans le sommeil. Mais Sarah, écoutant toujours le bruit qui semblait venir de l’intérieur de la maison, ne parvient pas à se calmer. Quelques minutes plus tard, elle réveille à nouveau sa sœur : « Lola ! J’entends toujours le bruit ! ». POUM POUM TCHI… POUM POUM TCHI… Mais Lola, agacée par sa sœur, lui dis en guise de réponse : « Laisse moi dormir ! ».

Sarah, paralysée par la peur, écoute le bruit que semble se rapprocher de plus en plus. POUM POUM TCHI… POUM POUM TCHI… POUM POUM TCHI… Le bruit semble maintenant juste à côté d’elle ! Elle n’ose pas à nouveau réveiller sa sœur, et étant donné sa peur, aucun son ne sortirait de sa bouche. POUM POUM TCHI… POUM POUM TCHI… Puis, tout d’un coup, le bruit cesse, et Sarah parvient à s’endormir.

Le lendemain, elle descend de son lit et découvre sa petite sœur morte, dans une marre de sang, avec les jambes coupées. Le fou était parvenu à entrer chez eux, et avait découpé les jambes de sa sœur. Mais pourquoi ne l’avait-il pas tué elle aussi. Le fou était un cul-de-jatte, un homme sans jambes, et le bruit qu’elle entendait n’était autre que les couteaux qu’il tenait dans chaque main, et qu’il plantait dans le sol pour s’aider à avancer, avant de traîner son corps sur le sol. POUM POUM TCHI…

4-histoire

Une jeune fille, Marie, est souvent seule chez elle. Ses parents rentrent tard tous les soirs et ont donc décidé de lui acheter un chien, pour la rassurer et la protéger. Comme tous les soirs, la jeune fille s’endort en laissant sortir sa main de son lit pour que son chien puisse la lui lécher. Cette d’acte d’affection, qui prouve la présence de son chien, la rassure et elle s’endort. Mais elle est réveillée par un bruit d’eau qui goutte. N’ayant pas envie de se lever, elle tend à nouveau sa main vers son chien pour qu’il la lèche et qu’elle s’endorme.

Le bruit continue et elle décide d’aller fermer le robinet du lavabo de la dans la salle de bain. Elle se recouche, sort la main de son lit et son chien la lèche de nouveau. Mais le bruit continue et Lisa n’arrive pas à dormir. Elle pense alors qu’il s’agit du robinet de la baignoire qui doit être mal fermé et décide d’aller le resserrer. Elle se lève et se dirige à nouveau vers la salle de bain.

Mais en ouvrant le rideau de douche de la baignoire, elle découvre le corps de son chien égorgé, pendu avec le tuyau de douche, se vidant goutte à goutte de son sang. Sur le carrelage, un message est écrit avec le sang de son animal : « Es-tu sûre que c’était bien ton chien qui te léchait la main ? »

skulls-623532_1920

Et voilà ! N’hésitez surtout pas à me raconter en commentaire vos histoires d’horreur ! C’est avec plaisirs que je les lirai ! Et surtout…

Happy Halloween !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s